Yackety Smack

THINK FUN - 2012

Description

YACKETY SMACK est un party game totalement délirant et basique. Il est publié par Think Fun et disponible uniquement sur le continent Nord-Américain.

YACKETY SMACK comprend un enregistreur vocal et 48 cartes réparties en 4 types (Chanteuse d'opéra, Karateka, Splash et Point d'Interrogation). A chaque type de carte correspond un son particulier :

- Chant pour la chanteuse d'opéra
- Cri de Karateka pour le Karateka
- Bruit de Splursh, sploush, etc... pour le Splash
- N'importe quoi pour le point d'interrogation

On distribue les cartes à tous et un des joueurs enregistre 2 des 4 sons possibles (voire 2 fois le même), puis on pose une carte face visible, devant soit, chacun son tour. Dès qu'on a au moins 2 cartes visibles correspondant aux sons enregistrés il faut être le premier à taper sur l'enregistreur vocal au centre.

Exemple : Roberto a enregistré "KWAÏ, LALALALAAAAA !"

Il faut taper quand on aura une carte Karateka et une Chanteuse d'Opéra visibles.
Le plus rapide gagne toutes les cartes jouées. Puis il enregistre une nouvelle séquence de sons, et ainsi de suite...

 


Spécifications

Joueurs : 2-6 Auteur : Roberto Fraga
Age : 6+ Illustrateur : André Jolicoeur
Durée : 15' Editeur : Think Fun (2012)
Téléchargez la règle Récompenses

Découvrez le jeu sur la Fragames TV

Où acheter ?

Disponible uniquement aux USA et Canada ou chez Amazon.us :

a.com logo RGB

 


 

L'histoire du jeu

Pour YACKETY SMACK, c'est l'achat en ligne de plusieurs Voice Recorders (Enregistreurs vocaux) et leur utilisation intensive au QG Fragames, qui a donné l'idée de la création d'un jeu de cartes avec consigne enregistrable.

100% CANARD, mon premier prototype était basé sur les animaux, avec des cartes Vache, Cheval, Coq et Canard et il fallait donc enregistrer des séries de "Coin coin, Meeuuhhh !" ou "Tagadatagada, tagadatagada !" et ainsi de suite.

Le jeu a failli être publié par Goliath sous le nom de TENFAIUNFOIN, mais finalement c'est Think Fun qui a remporté la mise !

Parlez-en

Réalisation Frédéric Bazin